L'Objet d'Art n° 592
Léon Bonnat à Bayonne

N° 592 - Sept.22

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

11,00 €

Version application Lecture & conservation sur smartphone ou tablette

7,99 €

Version en ligne Lecture & conservation numérique dans l'Espace Client

8,00 €

ISSN : 0998-8041

Au sommaire de ce numéro :

L'œil averti de Calouste Gulbenkian.

Léon Bonnat, du pays basque à Victor Hugo.

Sceaux au temps de la duchesse du Maine.

Jean-Henri Riesener, l'ébéniste trop aimé, mal aimé.

Edvard Munch, à la vie, à l'amour, à la mort.

Moutiers-Saint-Jean, chef-d'œuvre de l'architecture mauriste.

Actualités

Jules-Eugène Lenepveu célébré dans sa ville natale
Le Louvre à l'heure portugaise
Face au soleil
Louis Licherie, peintre du Grand Siècle
Frida Kahlo, au-delà des apparences
Le musée de l'Armée raconté par ses collections
Une Odyssée de verre
La part du paysage chez Alberto Giacometti
Musées et patrimoine
Redécouvrir la saline royale
La reproduction de marques dans les œuvres picturales

Pierre Rosenberg, entretiens avec un œil polyglotte

Pierre Rosenberg parle plusieurs langues – le français, l’italien, l’anglais et l’allemand, la langue des conservateurs, celle des historiens de l’art et celle des collectionneurs – et la langue d’un nonchalant chat gris aux magnifiques yeux ocre jaune, le sien. Né le 13 avril 1936 à Paris, d’une famille d’intellectuels juifs ayant fui l’Allemagne nazi, atteint dès l’enfance du virus de la collection, il se dirige vers l’histoire de l’art et fait toute sa carrière au Louvre, avec les étapes que l’on sait : de simple conservateur dans un musée de l’après-guerre encore endormi, il devient directeur du département des Peintures puis Président-directeur du Grand Louvre, où il succède à Michel Laclotte en 1994, puis est élu, l’année suivante, à l’Académie française. Travailleur infatigable, très vite, il se singularise par son œil, cet œil bleu vif et profond comme le lapis- lazuli des peintres du Grand Siècle, dont l’acuité ne laisse pas de surprendre, encore aujourd’hui, les visiteurs de l’antre de la rue de Vaugirard. C’est là qu’il a accordé une série d’entretiens à L’Objet d’Art, au milieu des dossiers entassés du grand œuvre d’une vie, le catalogue raisonné des peintures de Poussin, et des tableaux et dessins qui iront bientôt au musée du Grand Siècle. Débutés juste avant les confinements de 2020, interrompus par ces derniers, poursuivis et complétés ensuite, ces entretiens, à la fois chronologiques et thématiques, sont au nombre de onze : Pierre Rosenberg y évoque sa vie, ses goûts, les historiens de l’art et les collectionneurs qu’il a côtoyés, ses combats – l’enseignement et la défense d’une histoire de l’art traditionnelle, la création de son musée à Saint-Cloud. Une personnalité hors pair et complexe s’y dévoile, à l’ouverture d’esprit et la curiosité là encore étonnantes ; un témoignage passionnant s’y dessine aussi, tant, de ces années 1960 aux premières décennies du XXIe siècle, une page s’est tournée dans le monde de l’art, l’histoire des musées et leur devenir – une évolution profonde dont seul le recul du temps donne aujourd’hui pleinement la mesure. L’Objet d’Art a donc le plaisir et le privilège de publier dans son 592e numéro ce premier entretien avec Pierre Rosenberg. Intitulé « L’enfance de l’art », il raconte sa jeunesse, mais il aurait pu tout aussi bien prendre comme titre l’une des interrogations de Pierre Rosenberg – à laquelle seules les Parques, peut-être, pourraient véritablement répondre : « Comment suis- je tombé dans la marmite Poussin ? ». / Propos recueillis par Jeanne Faton

Magazine : L'Objet d'Art n° 592 Page : 22-29

Marché de l'art
Les arts du feu enflamment le Carré Rive Gauche
Le Salon du livre rare au Grand Palais éphémère
"Fragile" Biennale de Lyon
Ventes futures
Triomphe pour la vente Givenchy chez Christie's
Adjugés
Lectures choisies

Articles

Vous aimerez aussi

Sceaux, le musée du Domaine départemental

Sceaux, le musée du Domaine départemental

Situé au cœur d’un parc arboré de 180 hectares, le musée du Domaine départemental de Sceaux a ouvert ses portes en 1937 sous le nom de « musée de l’Île-de-France ». Suite aux grands travaux menés au château en 2019, l’entier parcours de visite a été refondu afin de mettre en avant les anciens propriétaires du domaine. Ce hors-série présente, pour la première fois, ce nouveau visage du musée qui, partant désormais de l’histoire du site, peut prétendre, par la qualité des...

n°156 - Janv. 22

11,00 €

Découvrir
LÉON BONNAT

LÉON BONNAT

Du Pays basque à Victor Hugo

37,00 €

Découvrir
"LE MOBILIER DE VERSAILLES" CUIR

"LE MOBILIER DE VERSAILLES" CUIR

Collection prestige à -50%

430,00 € 215,00 €

Découvrir
"SPLENDEUR DU LOUVRE" CUIR

"SPLENDEUR DU LOUVRE" CUIR

Collection prestige à -50%

487,00 € 243,00 €

Découvrir