L'Estampille/L'Objet d'Art n° 512
Dolce Vita au musée d'Orsay

N° 512 - mai 2015

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

Version application Lecture & conservation sur smartphone ou tablette

8,99 €

Version en ligne Lecture & conservation numérique dans l'Espace Client

9,00 €

ISSN : 9770998804003

Au sommaire de ce numéro :

PORTFOLIO : Mannequin d'artiste, mannequin fétiche
Compagnon silencieux et troublant de l’artiste, le mannequin fait son apparition dans l’atelier à la Renaissance. Maillon essentiel dans le processus créatif du peintre ou du sculpteur, il assiste ces derniers dans l’élaboration de leurs compositions, notamment pour le rendu complexe des proportions anatomiques et le tombé des étoffes. La passionnante exposition mise en scène au musée Bourdelle conte l’histoire de cette relation secrète nouée dans l’intimité de l’atelier : quelque 150 œuvres de tous formats et provenant de l’Europe entière donnent ainsi corps à un thème inédit en histoire de l’art.

Poussin au Louvre, l'état de grâce
Au sein du panorama exceptionnel de la peinture européenne du XVIIe siècle ­qu’offrent les expositions parisiennes, le Louvre propose « Poussin et Dieu ». Derrière ce titre énigmatique se cache un magistral hommage à l’une des plus grandes figures de l’École française. En parallèle, « La fabrique des saintes images » complète cette célébration de la Rome d’Urbain VIII au Paris de Louis XIV.

Dolce Vita, du Liberty au design italien
Le musée d’Orsay inaugure sa saison italienne avec l’exposition « Dolce Vita ? Du Liberty au design italien, 1900-1940 » qui met en scène quelque 200 œuvres. Les arts décoratifs, aux côtés des peintures, y sont particulièrement à l’honneur, et révèlent un rare ­foisonnement créatif, de Carlo Bugatti à Gio Ponti, figure emblématique du design.

Albrecht Altdorfer et l'École du Danube
L’École du Danube, à l’honneur au Kunsthistorisches Museum de Vienne, est l’un des courants majeurs de la Renaissance allemande de la première moitié du XVIe siècle. Un ensemble de chefs-d’œuvre de ses plus éminents représentants – Albrecht Altdorfer, Wolf Huber, le maître IP ou encore Lucas Cranach l’Ancien – permet de l’appréhender dans toute son originalité.

Jean Paul Gaultier, le retour du coururier prodige
Conçue avec panache par le musée des Beaux-Arts de Montréal, l’exposition du Grand Palais consacrée à Jean Paul Gaultier plonge le visiteur au cœur même de l’imaginaire métissé du facétieux couturier français. Une leçon d’humour et d’élégance, d’une rare poésie.

Fontainebleau dévoile son boudoir turc
Le 11 mai prochain, le château de Fontainebleau présentera le résultat d’une restauration qui depuis sept ans s’efforce de rendre tout son faste à un lieu ­intimiste et magique : le boudoir turc, d’abord conçu pour Marie-Antoinette, puis remeublé par Joséphine, un lieu où l’Ancien Régime et l’Empire furent conjugués pour former le plus délicat des écrins.

Actualités

Chefs-d'œuvre de la peinture siennoise
Au cœur des ateliers du Mobilier national
Les Tudors traversent la Manche
Le symbolisme troublant d'Adolfo Wildt
La toilette s'exhibe à Marmottan
De Giotto à Caravage : les découvertes de Roberto Longhi
La sculpture souabe en majesté
La folle créativité de Fornasetti
Les expériences de Reynolds
Sargent intime
Palma le Vieux, maître du coloris
Musées
Ventes futures
Les risques et les règles

À vendre, joli pavillon royal

Depuis 2007, France Domaine, service à compétence nationale dépendant de Bercy, est chargé de la vente des?biens immobiliers de l’État : gares désaffectées, pavillons forestiers abandonnés, immeubles de bureaux inutilisés, parcelles de terrain sans objet... L’État réalise son patrimoine. Dans cet inventaire à la Prévert, on trouve également des hôtels particuliers parisiens du faubourg Saint-Germain, un ministère entier et, depuis 2014, des monuments historiques majeurs, issus de notre héritage royal. Poursuivie au fil de l’eau, cette politique de hasard, sans autre vision que comptable, soulève évidemment des interrogations. Par-delà le déficit abyssal de?la France, n’est-ce pas aussi une question de représentation de l’État et, plus largement, de sens ? Par Alexandre Gady

Magazine : L'Estampille/L'Objet d'Art n° 512 Page : 30-31

Carré Rive Gauche 2015, le temps des "métamorphoses"
Promenade choisie en nocturne sur la rive droite
David Nordmann ou le renouveau de la maison Ader
Adjugés
Lectures choisies
Calendrier des expositions

Articles

Vous aimerez aussi

L'Objet d'Art

-15%*

L'Objet d'Art

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros

Version numérique

84 € au lieu de 99 €*

Epuisé
L'Objet d'Art hors-séries

-16%*

L'Objet d'Art hors-séries

6 HORS-SÉRIES
6 hors-séries à paraître

Toutes les plus grandes expositions en France et ailleurs.

48 €au lieu de 57 €*

Ajouter au panier
Dossier de l'Art

-11%*

Dossier de l'Art

ABONNEMENT 1 AN
10 numéros / an

Monographie sur un sujet prestigieux d'histoire de l'art.

85 € au lieu de 95 €*

Ajouter au panier
Petit Léonard

-19%*

Petit Léonard

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

Découverte des arts et de notre patrimoine en famille !

58 € au lieu de 71.50 €*

Ajouter au panier